Le contenu de cette page nécessite une version plus récente díAdobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Un pas de plus vers un contrôle technique pour les bateaux

 

En visite dans le Var, le secrétaire d’Etat chargé des transports, de la mer et de la pêche, Frédéric Cuvillier, s’est prononcé en faveur d’une réflexion sur un suivi technique des bateaux de plaisance, à l’image du contrôle technique en vigueur pour les voitures.

"Le contrôle technique existe dans le secteur routier. Il n’est pas anormal de réfléchir à un suivi technique, un contrôle technique en mer des bateaux," a-t-il déclaré, alors qu’il rendait visite aux opérateurs du CrossMed, le centre de coordination des secours sur le littoral méditerranée, basé à La Garde.

Reconnaissant que "l’âge et l’état des navires, et particulièrement les petites unités", peuvent poser problème, Frédéric Cuvillier "souhaite que les professionnels et les acteurs du tourisme puissent être associés à cette réflexion".

La question sera soumise lors d’une réunion de travail au niveau européen.

Pourquoi ?

Depuis le début de l’été, et conformément aux saisons précédentes, les opération déclenchées par le CrossMed concernent dans 40% des cas des secours aux personnes.
La grande majorité, 60%, sont des interventions liées à des avaries, des pannes techniques, des échouements, pour lesquelles la vie humaine n’est pas en danger, au moins dans un premier temps.

"L’impréparation des navires, les pannes moteurs, les voies d’eau et même les pannes de carburant" sont des incidents fréquents sur le littoral en été, indique le CrossMed par la voix de son directeur adjoint, Philippe Michaud. (Source : Var Matin)

Mais les réactions des plaisanciers ne se sont pas fait attendre :

"Encore un prétexte pour payer à cause d’irresponsables incompétents naviguant avec des bateaux non entretenus !" peut-on lire sur Facebook.

"Que l’on sanctionne ces gens qui tombent en panne de carburant sur un voilier et qui appellent le cross ! Cela serait plus juste."

"Faire d’un cas une généralité n’est certainement pas la meilleure chose à faire !" concernant les PAN-PAN émis par les touristes.

 

En effet, notons que les arguments avancés par le ministre des transports ne tiennent pas vraiment la mer. Un contrôle technique n’empêchera pas un plaisancier oublieux d’être à cours de carburant, ni beaucoup d’autres maux qui font que les secours en mer interviennent souvent pour des causes qui n’entreraient pas dans le périmètre du contrôle technique. Il serait peut-être plus judicieux de mener une réflexion sur la problématique du secours gratuit comme pour les secours en montagne.


Source actumaritime.wordpress.com - août 2014